jeudi 23 février 2017

Le toit terrasse en Auvergne

La toiture terrasse est-elle une approche moderne de l'architecture ... ?

Le toit terrasse existe depuis la nuit des temps, dans les pays du sud ou la pluie est rare, c'est à dire à proximité des déserts. Partout ou la pluie est relativement fréquente et intense, on trouve au contraire, des toits pentus avec différents types de couvertures selon les pentes et les matériaux locaux.

Le toit terrasse a été introduit comme élément d'architecture, comme concept même, par l'architecte Le Corbusier.
Il a repris et modernisé la toiture plate traditionnelle avec ses unités d'habitations fin des années 40. L'idée d'origine de Jeanneret était très avant-gardiste. On pourrait même affirmer qu'il était un architecte écologiste avant l'heure. Il souhaitait récupérer les espaces au sol, pris par la construction en mettant les toitures à disposition des habitants pour les loisirs, la végétation, le jardinage, le sport,...Comme pour l'ensemble de l’œuvre du Corbusier, les architectes et depuis peu les constructeurs n'ont retenu que la forme et rien du fond. Avec le temps, les toits terrasse sont même devenu un symbole de modernité et rien de plus, alors qu'ils ont toujours existé et ont été seulement mis en avant en occident dans les années 40 (Frank Lloyd Wright, Walter Gropius, Lucio Costa...).

La plupart des toits terrasse en Auvergne sont conçus et mis en œuvre pour être non accessible. Ces toitures ont donc un but uniquement esthétique. Elles sont constitués des membranes d'étanchéité qui sont soudées par dessus une isolation en général en polystyrène extrudé ou des panneaux isolants en mousse de polyuréthane. Les membranes sont en polyoléfines, bitume élastomère, polyvinyle de chlorure ou polyisobutène . Sur le point des matériaux, comme on le voit, ils sont issus de la pétrochimie, donc moderne mais, absolument pas écologique, très mauvais en énergie grise et toxique par inhalation.

Le toit terrasse est-il durable en Auvergne ?

 Les très fortes amplitudes thermiques qui ont lieu fréquemment en Auvergne, comme dans toutes les zones géographique continentale de montagne mettent les membranes à rudes épreuves. Même parfaitement posées, ces membranes se dilatent quant il fait chaud et se contractent quand il fait froid. L’Auvergne étant également un territoire ou la pluie est présente et surtout la neige, l'eau s'infiltre dans les micro-fissures des membranes et gèle à l'intérieur. Concrètement un toit terrasse en Auvergne et surtout en zone montagneuse, n'aura une durée de vie que de 15 à 20 ans maximum quant il est laissé nu.

Le toit terrasse sera beaucoup plus durable si il est recouvert d'une protection lourde et meuble.

Rappelons la durée de vie des autres types de toitures :
- Tuile de terre cuite = de 30 à 70 ans (selon la qualité de la tuile)
- Tuile béton = de 30 à 50 ans
- Ardoises = >100 ans
 - Plaques de fibres-ciment = 40 ans
 - Cuivre = >50 ans
 - Zinc = >50 ans
 - Acier galvanisé = 40 ans
 - Aluminium = 40 ans
- Bardeaux bois mélèze, douglas ou châtaigner = >100 ans
- Chaume (blé, seigle, roseau,...) = 40 ans (entretien tous les 15 ans)

Végétalisé son toit terrasse. Pourquoi ?

Il existe de nombreux types de toitures terrasses que l'on peut décomposer en 3 :
- La toiture terrasse classique est constituée d’une dalle en béton et d’un isolant de 10 cm.
- Les toitures jardins traditionnelles sont recouvertes par une couche de terre de 20 à 50 cm.  
- Les toitures végétalisées sont quant à elles recouvertes d’un substrat de faible épaisseur de l’ordre de 5 à 10 cm.

La toiture terrasse étant isolée en général avec du polyuréthane, elle provoquera des surchauffes si elle n'est pas végétalisée.

La toiture végétalisées est une tentative de compromis entre la toiture terrasse et la toiture jardin.

Un toit terrasse non végétalisé n'a aucune inertie. Il réagit donc directement aux températures extérieures. En principe, son rôle d'isolation de dépasse pas 24h, voir 6h en été. Une toiture végétalisée sera plus efficace sur le confort d'été. Elle résistera à la chaleur pendant 12 à 24h (en fonction de l'épaisseur des substrat et de la chaleur). La toiture jardin traditionnelle sera efficace toute l'année, pendant de nombreux jours. De plus, cette dernière protégera véritablement les membranes d’étanchéité. 
On peut donc considérer que la toiture jardin traditionnelle est la seule écologique et durable. C'est aussi, évidemment la plus couteuse et a plus délicate à réaliser. Elle permet une excellente isolation été comme hiver avec une inertie importante. Le fait qu'elle soit végétalisée (fleur, arbuste, gazon,...) et pas seulement parsemés de plantes grasses, permet d'améliorer encore le confort d'été de plusieurs degrés dans la maison. L’arrosage des plantes rafraichit le sol et l'habitat. En hiver, l’accumulation de la chaleur dans la terre permet de moins chauffer et de protéger les plantations des grands froids.

Bon à savoir : Selon notre assureur, la première cause de sinistre dans le bâtiment neuf en Auvergne, est liée à la mise en œuvre de toiture terrasse. Ça laisse rêveur...mais, on peut toujours se dire que notre artisan sera meilleur que la moyenne. Personnellement, je ne prendrai pas le risque.







Le solaire photovoltaique rentable

Les rendements des panneaux solaires photovoltaïque n'est pas au rendez-vous, le retour sur investissement est inexistant, les arnaques ...

Articles les + consultés