jeudi 5 mai 2016

Le confort dans l’habitat moderne

     Comment peut-on définir le confort dans une maison ?


Depuis la RT 2012, les maisons contemporaines sont bien isolées et relativement étanches mais, sont-elles confortables ? Comment définir le confort dans une maison ? Qu-est ce que l'on peut attendre d'une maison neuve ? Est-ce que la technologie répond aux besoins actuels de confort ?

Comment définir le confort dans l'habitat ?

Le confort est un état ou le corps humain se sent bien, sans effort particulier propice au bien être et à la santé. Le confort est avant tout relatif et variable pour chacun d'entre nous, en fonction de nos habitudes, notre éducation, notre culture, notre santé, notre âge,... Mais, on peut définir un certain nombre de points incontournables.

1/ Le confort thermique


Il est souvent le seul évoqué tant il parait indispensable.
Il ne suffit pas de garantir une température de l'air au dessus de 19° pour ressentir un bien-être immédiat.
Le confort thermique moderne

Le confort thermique, s'est l'alchimie de plusieurs facteurs qui sont la température de l'air, des parois, l’étanchéité, l'humidité, le rayonnement du soleil, la source de chaleur, la vitesse de déplacement de l'air, l'activité neuro-musculaire, ...
Par exemple, si l'air intérieur est à 20° mais, que les murs sont à peine à 14°, la température ressentie
sera de 17°. Si en plus, la ventilation est insuffisante et que l'air est trop chargé en humidité (au-delà de 60%), le confort sera encore dégradé. Et, il le sera encore d'avantage avec un chauffage à partir de convecteurs électriques qui créent des sources de chaleur ponctuelles ne chauffant que l'air.

On considère que le corps humain nu est dans sa zone de confort autour de 22°C avec un mouvement d'air faible et un taux d'hygrométrie de 45% à 55%. Nos habitudes vestimentaires permettent d'élargir l'amplitude de température de confort. En hiver, bien que nous ayons besoin d'une température ressentie à 19°, nos vêtements et l'habitat déclencheront le besoin en chauffage à partir de 14°C en moyenne. En été, nous aurons besoin de fraîcheur à partir de 27°C ressenti.

Température mesurée et température ressentie

Un des pièges pour mesurer le confort est de se référer uniquement à la température mesurée par un thermomètre. C'est une approche simpliste pour juger le confort d'un habitat.

On considère que au delà de 3°C de différence entre la température de l'air intérieur et celles des parois, il y a inconfort. On pourra facilement en juger, en hiver, face à un poêle à bois et dos à une fenêtre simple vitrage. La température de l'air pourra être à 22°C, nous aurons très chaud au niveau du visage et froid dans le dos. Il suffira, en plus, que la fenêtre simple vitrage laisse passer un peu d'air froid et l'inconfort sera extrême, malgré une température de l'air "agréable".

On veillera donc à harmoniser la température de l'air et des parois. La solution la plus simple et la plus efficace est d'isoler par l'extérieur. Cela permettra de supprimer les ponts thermiques, les fuites d'air et de garder un maximum d'inertie à l'intérieur. On chauffera ainsi les murs qui diffuseront lentement la chaleur. Cette solution est parfaite en rénovation.

Isolation par l'extérieure avec du Multipor


On peut aussi isoler par l'intérieur, Le résultat sera plus ou moins performant en fonction des caractéristiques des matériaux, de leurs"effusivité" et "diffusivité". Pour "simplifier", si l'on souhaite isoler par l'intérieur, le revêtement final intérieur sera important. Sa couleur et sa rugosité apporteront plus ou moins de confort. Une finition a la chaux naturelle, à l'argile, un lambris ou une peinture n'auront pas du tout le même intérêt. Une finition chaux/chanvre est très intéressante pour améliorer le confort, en rénovation comme dans le neuf.

Dans une maison bioclimatique moderne, l'objectif est de procurer un confort thermique toute l'année, en limitant au maximum les dépenses énergétiques. De cette façon, on se rapprochera de la nature qui tend toujours à trouver son équilibre avec un minimum d'effort.

La vitesse de déplacement de l'air

Dans une maison en Auvergne, on cherchera à limiter au maximum les mouvements d'air pour 90% de l'année. En effet, le déplacement de l'air accélère les échanges de calories par convection et évaporation entre votre corps, l'air et les matériaux.
En période froide, l'objectif sera de réchauffer le corps, au maximum par rayonnement, l'échange le plus confortable.
Les mouvements d'air importants seront recherchés uniquement avec une température ressentie au-delà de 27°. Il permettront dans ce cas de rafraîchir le corps, dénudé, sans effort et sans climatiseur. Concrètement, l'été ou pourra créer des courants d'air alors que le reste de l'année ou vivra dans environnement étanche à l'air.

L'hygrométrie

Nous avons tous besoin d'humidité pour respirer car nos muqueuses sont en milieu humide. Mais, dans une maison moderne étanche, le taux d'humidité peut très vite dépasser la zone de confort, se situant à 60% maximum d'humidité dans l'air.

Si la vapeur d'eau est trop importante dans l'air, elle provoquera l'apparition de moisissures, l'augmentation des virus, bactéries,... Les maisons neuves ou rénovées sont particulièrement sujettes aux problèmes d'humidité.

L'eau aura aussi tendance à s'accumuler dans les parois et à supprimer leurs capacités isolantes. 

En effet, la vapeur d'eau condense en se refroidissant, se transforme en eau liquide et prend la place de l'air dans l'isolant. C'est l'air contenu dans votre isolant qui lui donne ses propriétés. Bien souvent, l'isolant n'ayant pas la capacité à évacuer rapidement l'humidité, il va irrémédiablement se dégrader.
Pour l'été, plus l'air sera sec, plus le corps se rafraîchira facilement par transpiration.

On veillera donc à maintenir l'hygrométrie de 40 à 60 %. Pour maintenir ce taux, référez-vous à l'article "ventilation".

Le rayonnement

Toute matière émet ou reçoit de l'énergie par le rayonnement. Pour bien comprendre se rayonnement, le meilleur exemple est notre astre, le soleil. La première source d'énergie dont nous disposons nous réchauffe par rayonnement. Nous n'avons aucun contact direct avec le soleil que se soit pas conduction (transfert direct par la matière) ou par convection (transfert via un fluide comme l'air ou l'eau). La source de chaleur la plus confortable est le rayonnement.
De nombreux matériaux à forte inertie, permettent de stocker la chaleur et de l'a retransmettre par rayonnement. C'est le principe des nouveaux chauffage électrique à inertie. Ce type de radiateur est d'abord chauffé par conduction via une résistance électrique qui chauffe un corps à forte inertie (eau ou pierre). Ensuite, une fois que la masse est chaude, elle diffusera une chaleur douce et agréable par rayonnement.
C'est avec le rayonnement que l'effet de serre est possible. Le verre a la particularité de laisser passer presque tous les rayonnements solaires mais, de bloquer les rayonnement infrarouge. Il permet donc de chauffer une maison avec des ouvertures importantes au Sud. Une fois que le soleil a chauffé l'intérieur de la maison et que les rayons solaires ont été capté par des masses, le rayonnement de ces dernières apporteront un chauffage gratuit et agréable.

Le climat et micro-climat

La RT2012 est un incontestable progrès par rapport aux réglementations antérieurs. Mais, comme toutes les recommandations généralistes, elle comporte de nombreuses failles.

L'une d'elle est la prise en compte des différentes particularités climatiques de notre pays.
Paysage d'Auvergne

Par définition, une maison Bioclimatique est adaptée au climat du terrain sur lequel elle se trouve. Ce climat sera très différent en Bretagne, dans le Centre de la France, en Auvergne ou sur la côte méditerranéenne...

Pour l'Auvergne, la particularité est que les amplitudes thermiques sont importantes. Mais, de très nombreux micro-climat existent selon l'altitude, un lac, une rivière, l'emplacement de la maison dans la vallée. Tous ces points devront être pris en compte lors de la conception si l'on souhaite apporter un confort sur l'ensemble de l'année.

Le confort thermique est complexe et contrairement à ce que l'on pense, la période hivernale est la plus facile à gérer. La résistance thermique (R) n'est qu'un des points a aborder sur tout un ensemble de paramètres (voir article sur la résistance thermique >>>). Une maison rénovée ou neuve doit garantir un confort annuel, avec peu de chauffage et aucun rafraîchissement si elle a été bien pensée.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le solaire photovoltaique rentable

Les rendements des panneaux solaires photovoltaïque n'est pas au rendez-vous, le retour sur investissement est inexistant, les arnaques ...

Articles les + consultés