samedi 28 novembre 2015

Faut-il fermer ses volets en hiver ?

Faut-il fermer ses volets en hiver ?

Il est inutile de laisser vos volets ouverts si vous êtes absent ou la nuit quand il fait froid. Mais, l’intérêt de les fermer n'est pas le même selon votre maison, votre isolation, l'exposition de vos fenêtres et leurs qualités. 

Les gains thermiques d'hiver liés aux volets fermés

On estime que pour des volets fermés, on réalisera des économies de chauffage :
- 30% d'économies de chauffage avec une fenêtre mal isolé, type simple vitrage
- 15% d'économies de chauffage avec une fenêtre en double vitrage de plus de 15 ans
- 5% d'économies de chauffage avec une fenêtre en double vitrage récente

J'ajouterai que pour une fenêtre en double ou triple vitrage de bonne qualité, le gain réalisé en fermant vos volets l'hiver est négligeable.



Les gains thermiques d'été liés aux volets fermés

Pour l'été, comme toujours, le sujet est beaucoup plus complexe. Fermer ses volets la journée est absurde, surtout quand on vie dans une maison bioclimatique en Auvergne (c'est un peu le sujet de ce Blog). On peut considérer que vivre dans le noir la journée pour éviter les surchauffes, c'est une réponse aussi pertinente que d'installer une chaudière plus puissante quand on est mal isolé...

Le plus important, c'est l'isolation, l’étanchéité et surtout la conception de la maison. Une maison raisonnablement conçue fonctionnera parfaitement toute l'année sans occultation complète. Malgré tout, des baies vitrées orientées plein sud devront être équipées de stores extérieurs et d'avancée de toit.
En période de canicule, on pourra fermer les volets des pièces de nuits ou inoccupées mais, jamais des pièces de vie.

Il est évident que si vous habitez dans une maison traditionnelle, que vous n'avez pas conçu avec un spécialiste de l'approche bioclimatique et que vos fenêtres sont à l'ouest, vous devrez vivre dans le noir une partie de l'été...

La qualité des menuiseries

Elle est essentielle dans la problématique des volets. Comme on l'a vu plus haut. Les matériaux utilisés pour fabriquer les menuiseries sont au centre de cette qualité. Des menuiseries aluminium n'auront aucune efficacité l'été, même si elles sont isolés, la plupart du temps avec de la mousse polyuréthane.

La qualité des volets

Elle n'a que peu d'importance sur la protection d'hiver comme d'été. Ce qu'on cherchera l'été est l'occultation ce qui est facilement atteignable avec n'importe quel volet. L'hiver on souhaite profiter des qualités d'isolation du volet et on se fiera donc à sa résistance thermique. Les volets bois isoleront en fonction de leur épaisseur et du type de bois (les résineux isolent mieux). Les volets pvc et aluminium isoleront en fonction de l'épaisseur de polyuréthane inséré à l'intérieur.







dimanche 25 octobre 2015

Architecture bioclimatique et luminothérapie

L'architecture bioclimatique et la luminothérapie ?

Une maison bioclimatique est, par définition, beaucoup plus lumineuse qu'une maison traditionnelle. Cette lumière est naturelle et nous vient directement du soleil. Elle inonde essentiellement les pièces de vie tel que le salon, salle à manger, cuisine,...

Quels sont les effets sur la santé d'une exposition quotidienne à la lumière naturelle ?

La maison bioclimatique permet d'être largement exposée à la lumière naturelle, les jours ensoleillés bien sur. Cette exposition a de nombreux effets positifs.


L'amélioration du moral 

Le soleil participe activement au bien être. Mais, contrairement aux croyances, ce n'est pas le contact des UV sur la peau qui en est responsable. C'est la lumière naturelle au contact de nos yeux qui permet de produire une hormone, la mélatonine et la sérotonine. Ces hormones ont de multiples fonctions bénéfiques sur notre santé, en particulier anti-oxydante. Elle joue également un rôle positif sur notre système immunitaire. Elle interviennent sur notre rythme biologique (circadien) et la qualité de notre moral. Le psychiatre américain Norman Rosenthal a démontré le lien entre lumière et dépression en 1984.Ces recherches ont permises en 2005, la création de la luminothérapie, technique de soins par la lumière artificielle (aux mêmes longueur d'ondes qu'une partie de la lumière naturelle).
Le déficience de lumière est responsable d'hyperactivité chez l'adulte comme chez l'enfant.

Dans le cadre d'une maison bioclimatique, la sensation de bien être que procure la lumière et souvent subtile mais, durable. Les UV étant filtrés par les vitrages sont sans danger et procurent leurs bienfaits.
Les nombreux retour positifs de nos clients sur ce point ont été aussi inattendus que positifs. La phrase qui revient souvent est "nous sommes bien dans notre maison" ou "nous avons l'impression que notre maison nous recharge en énergie".
Ces remarques nous ont amener à réaliser quelques recherches et réflexions.

Il s'avère que l'effet du rayonnement solaire sur le vivant est au cœur même de son équilibre. Les plantes ne poussent que grâce au soleil. Nous nous nourrissons de leurs énergies et le rayonnement solaire est en partie responsable de notre bien être.

Le chauffage solaire peut traverser une pièce de votre maison bioclimatique sans réchauffer l'air. Mais, dès qu'il sera en contact avec la matière solide ou un corps, il produira de la chaleur. Ce principe permet d'apporter confort et bien être sans aucun mouvement d'air ou de poussières.
A l'inverse la chaleur par convection, qui est produite par une source de chaleur tel qu'un radiateur ou un poêle, crée des mouvements d'air liés au réchauffement rapide de ce dernier. Ces mouvements crée un asséchement de l'air, des tourbillons de poussières et favorise la prolifération de mico-organisme pathogènes.

La vitamine D

Sous l'effet du soleil, notre peau produit également de la vitamine D, essentiel pour l'organisme. Elle permet de fixer le calcium et le phosphore. La vitamine D influence plus de deux cents gènes et permettrait de réparer l'ADN. Elle aurait également des effets bénéfiques sur de nombreuses maladies si elle est en quantité suffisante. Les carences en vitamine D sont très fréquentes.


Comme on l'a vu, une maison bioclimatique peut aussi, simplement avec la lumière qu'elle produit, contribuer à votre santé et votre bien être.



samedi 3 octobre 2015

Rénovation énergétique : revoir son isolation ou son mode de chauffage ?

Rénovation énergétique, quels travaux privilégier ? l'isolation ou le chauffage ?


Les deux bien sur mais, dans quel ordre ? Par expérience, j'ai pu constater que le premier réflexe est de changer sa chaudière (du granulés à la place du fioul ou une Pompe à chaleur à la place d'une ancienne chaudière gaz,...). Ce réflexe est souvent conditionné par les conseils de revendeurs d'énergies ou de système de chauffage. Nous sommes tous régulièrement démarchés par ces "experts en rénovation énergétique". Pour un artisan, il est beaucoup plus facile et rentable de remplacer une chaudière que de faire un diagnostique thermique.
 Les aides de l'état, pour la rénovation énergétique ne font pas de différences entre le remplacement de votre production de chauffage ou l'isolation.

Donc, en toute logique, le travail de lobby depuis des décennies ayant fait son effet, c'est le chauffage qui est le premier poste que l'on revoit en rénovation énergétique (dans la plupart des cas).

Et pourtant, quand on sait que l'on peut perdre jusqu'à 30% de l'énergie produite par les combles, on peut vite comprendre l'intérêt de commencer ses travaux par l'isolation.
Plus on isolera sa maison, mieux on pourra être précis sur ses besoins en chauffage. Le but ultime est bien sur de suffisamment isoler pour se passer de source de chaleur artificielle.

Quels travaux d'isolation privilégier ?

L'isolation de la toiture sera le premier poste à revoir et pour 2 raisons. La première, c'est que l'on pourra rapidement faire des économies d'énergie et la seconde, c'est que se sont souvent des travaux relativement bon marché (sauf dans le cas ou l'on devra isoler le toit par l'extérieur). Le plus économique sera le soufflage d'un isolant en vrac, en comble perdu (ouate de cellulose).

Le deuxième poste à revoir est l'isolation des murs. On peut perdre de 20 à 25% par une paroi mal ou pas isolée. Les murs dans l'ancien sont compliqués à isoler. Souvent, le propriétaire ne souhaite pas perdre de surface intérieure et n'a pas assez de budget pour isoler par l'extérieur. Et dans ce cas, il se tourne vers le changement de sa chaudière... C'est une erreur. On vivra beaucoup mieux dans un espace légèrement réduit mais, isoler.
Pour ceux qui ont le budget, l'isolation par l'extérieur est le plus confortable. Cette technique permet de chauffer les masses. Cette chaleur se stocke dans les murs et rediffuse lentement à l'intérieur.

Le troisième poste à étudier, se sont les menuiseries. On perd jusqu'à 15% quand elle sont en mauvaise état ! On choisira du double ou triple vitrage en fonction de l'orientation des façades et du facteur solaire des verres. Un triple vitrage apporte un réel confort puisque la vitre intérieur sera à la même température que l'air.

Enfin, si vous avez réalisé tous ces travaux, il faudra impérativement revoir la ventilation de votre habitat parce que celui-ci est probablement devenu trop étanche. En rénovation, une vmc simple hygro B fait très bien l'affaire.

Pour finir, on pourra isoler le sol, ce qui vous ferra encore gagner 5 à 10 % de chauffage.

On pourra alors, après avoir passer un hiver dans cette nouvelle maison, juger du nouveau confort et de l'éventuelle nécessité de remplacer la chaudière par un poêle à granules, par exemple.




dimanche 19 juillet 2015

L'orientation d'une maison bioclimatique

Quelle est l’importance de l'orientation d'une maison ?


Comme pour le corps humain, on peut avoir deux approches en ce qui concerne l'orientation et l'environnement d'une maison.
La première c'est de privilégier "le terrain", le potentiel existant. C'est une approche qui consiste à tirer le meilleur partie de la nature. C'est la construction bioclimatique.
La seconde, c'est de faire abstraction de l'existant et d'apporter des corrections artificiels, technologiques ou synthétiques.

Comme dans le secteur de la santé et de l'agro-alimentaire, le bâtiment mise sur la science depuis des décennies (voir depuis le fameux siècle des lumières...). Mais, la science, bien qu'indispensable, est encore loin d'égaler la nature.

 

 

 



Les différentes orientations d'une maison


Quelques soit le latitude en zone tempérée, c'est la façade Sud qui accueille le maximum d'ensoleillement l'hiver. En été, se sont les façades Est et Ouest ainsi que la toiture qui seront le plus ensoleillés. Théoriquement, les façades Est et Ouest sont éclairées symétriquement cependant, l'Est est souvent inférieur du fait des nébulosités matinales. On se protégera donc à l'Ouest avec par exemple,  un brise soleil et l'on évitera les fenêtres de toit.

On aura tout intérêt à privilégier des ouvertures au Sud et a les limiter partout ailleurs.


La meilleur configuration est la forme allongée sur l'axe Est-Ouest. On réduira la profondeur Nord-Sud ce qui favorisera également l'éclairage naturel de toutes les pièces.

Les éclairagistes préconisent de limiter la profondeur des pièces à deux fois et demi la hauteur des fenêtres (soit 4 à 5 m de profondeur environ pour des baies standards). Cette profondeur est également optimum pour un chauffage solaire par rayonnement direct.

Si l'on considère qu'une maison avec 25M² de surface vitrée orientée au sud a un potentiel de 100% d'apport solaire, une maison orientée Est et Ouest n'ont que 65% et Nord 0%.
Concrètement, en Auvergne, cela se traduit par une surconsommation de chauffage pour une orientation plein Nord de 35% et ce, avec n'importe quel système constructif, isolation ou architecture comparable.

Pour une maison de 100 M² RT2012, on peut estimer le surcoût en chauffage de 80 à 240 euros par an. Le dépassement sera beaucoup plus important pour une maison plus ancienne et moins bien isolée.

Mais, la facture de chauffage n'est peut être pas l'essentiel. En effet, beaucoup rétorqueront qu'avec des technologies de chauffages modernes, on pourra compenser une mauvaise orientation. C'est tout à fait faux. On ne pourra jamais remplacer la chaleur agréable du lever de soleil d'hiver traversant la baie vitrée et la luminosité naturelle tout au long de la journée. Pour en savoir plus, voir l'article sur l'architecture bioclimatique et la luminothérapie >>>

L'orientation solaire est à étudiée conjointement avec la compacité de la maison. Pour en savoir plus sur la compacité >>>

jeudi 21 mai 2015

Attention faux constructeurs !

Arnaques et abus, ceux qu'il faut fuir...

Vous souhaitez faire construire votre maison. C'est la première fois que vous vous lancer dans cette aventure. Bien souvent, lors d'une première construction, le budget est limité et vous cherchez donc la bonne affaire. Quels sont les mauvais plans à éviter absolument si vous cherchez à faire construire et vous prémunir du litige !

Le charpentier qui s'improvise constructeur

De plus en plus de personnes traitent avec un artisan charpentier, pensant qu'il est constructeur de maison bois. Les prix sont attractifs, surtout si il n'a pas contracté les assurances obligatoires.

Pourquoi cela présente un grand danger de faire construire par un artisan ?

Les dangers de faire construire sa maison par un artisan sont énormes.
Premièrement, ce n'est absolument pas son métier. Un charpentier, comme un maçon ou un plaquiste n'a aucune compétence à construire des maisons "clé en main" ou même "hors d'eau, hors d'air". Il peut avoir 20 ans de pratiques en tant que charpentier, cela ne lui donnera pas plus de crédits. Évidemment, il vous soutiendra le contraire, et il aura de nombreuses réalisations à vous montrer mais, cela ne change rien à l'affaire. Il pourra construire 20 maisons mais, cela sera peut-être la vôtre qui aura des ennuis...et c'est là que cela se complique.

Un artisan n'est pas autorisé devant la loi à construire une maison. C'est à dire, qu'il n'a pas le droit de traiter plus de 3 lots avec son entreprise ou en sous traitance. Un charpentier pourra réaliser l'ossature bois, la charpente et la couverture. Si il vous propose de réaliser le lot isolation en plus, il est dans l’illégalité la plus totale.
Vous me direz, si c'est moins cher et bien réalisé, pourquoi ne pas fermer les yeux ? Il faut savoir que aucune garantie ne fonctionnera si votre maison n'a pas été construite dans un cadre juridique strict. Vous ne serez donc pas couvert par la garantie décennale, biennale, dommage ouvrage,... (hé oui, les assureurs ne sont pas fous).


Concernant la dommage ouvrage, elle est bien sur obligatoire (comme les autres) pour toutes constructions neuves. Elle permet de vous dédommager lors d'un sinistre, sans recherche de responsabilité. Sans cette assurance, par exemple, un maçon pourra très bien vous construire la moitié de votre maison, encaisser 75% du devis et cesser son activité. Vous aurez des recours mais, ils seront très très longs et les sommes versées seront rarement récupérées dans leurs intégralités.

Il faut savoir aussi que si vous constatez qu'un artisan n'est pas constructeur, qu'il s'est présenté comme tel et qu'il a construit une parti de votre maison (plus de 3 lots), vous n'êtes pas obligé de le payé puisqu'il est hors la loi.

Comment s'apercevoir qu'un artisan n'est pas constructeur ou maitre d’œuvre ?

C'est assez simple de connaître le statut de votre interlocuteur. Il suffit d'effectuer une recherche sur des sites Internet comme "société.com". En vérifiant sont code d'activité (Code NAF ou APE), vous serez fixés sur ces qualifications réelles et aussi sur ses assurances. Par exemple, le code 4329A correspond aux "Travaux d'isolation". Une entreprise qui a ce code ne pourra pas réaliser de la maçonnerie, charpente, plâtrerie,... ou même vous conseiller judicieusement sur votre construction.

Une autre raison d'être particulièrement méfiant est quand votre interlocuteur, qui se prétend constructeur d'ossature bois, vous propose d'effectuer le terrassement et la dalle avant qu'il intervienne. Dans 100% des cas, il s'agit d'un charpentier. Il faut savoir que si le sol bouge, si la dalle se fissure, si votre maison subit un tassement différentiel, cela ne sera jamais le charpentier qui sera responsable mais, vous. Par contre, toute la maison sera peut être à démolir.


Les constructeurs, architectes, maîtres d’œuvre et les artisans ont en général, mauvaise réputation. Vous êtes plus de 80% à ne pas leur faire confiance ! et c'est malheureusement quelquefois justifié.
En réaction à ce fait, de plus en plus de personnes pensent que si l'on ne peux pas faire confiance aux constructeurs, autant gérer soi-même sa construction avec les artisans... C'est un grosse erreur et même dans le cas ou on connait parfaitement les compétences de ces derniers. Tous les chantiers sont différents et surtout si vous avez dessiné ou fait dessiné votre maison vous-même.

Quand on fait construire, il faut bien choisir son constructeur ou maitre d’œuvre mais surtout, vérifier qu'il est bien assuré et enfin, contracter une dommage ouvrage.


samedi 7 février 2015

Label RGE obligatoire. Est-ce une révolution ou un scandale ?

Le "label" Reconnu Grenelle de l'Environnement est-il une avancée pour les particuliers, les entreprises, la planète,...?

Depuis le 1er septembre 2014, les particuliers souhaitant bénéficier d’aides financières pour des travaux d’économie d’énergie en rénovation (éco-prêt à taux 0 - éco-PTZ) sont dans l'obligation de fait appel à un professionnel labellisé RGE. Depuis le 01 janvier 2015, le crédit d’impôt développement durable (CIDD) est également concerné par le RGE.

Pourquoi la création de ce nouveau Label ?

Pour l’administration (l'état), le label RGE permettra d'identifier les professionnels qualifiés et donc de garantir les travaux effectués pour la rénovation énergétique de votre logement. Présenté ainsi, ce label est évidemment prometteur.

L'artisan ou l'entreprise doivent obligatoirement :
- se former, former un employé ou sous-traiter à une entreprise déjà labellisée RGE ;
- réaliser au moins 2 chantier RGE par an ;
- répondre aux obligations administratives légales (garantie décennales), comme toutes les entreprises ;
- accepter d'être contrôler sur un chantier RGE dans un délai de 2 ans après la labellisation ;

Concrètement, comment ça se passe sur le terrain ?

La formation RGE : Le professionnel doit se former pour obtenir le label RGE. Cette formation est délivrée par des organismes indépendants, eux même formés en amont et accrédités par le Comité français d'accréditation (Cofrac). Ces organismes sont engagés à délivrer les labels sous certaines conditions (charte et convention signées avec l'état). Chaque professionnel est dirigé vers l'organisme qui représente au mieux sont activités (Qalifelec=travaux électrique, Qualit'EnR=travaux d'équipements, Cequami=travaux de performances énergétique,...).

Concrètement, la formation dure 2 à 3 jours. Tous les professionnels de France doivent se former pour espérer profiter du marché de la rénovation énergétique. Les aides de l'état étant désormais accorder aux seuls clients des entreprises RGE, les professionnelles cherchant du travail n'ont pas le choix.

Ceux qui cherchent du travail n'étant pas les meilleurs, se sont eux qui ont été labellisés en premier...
Pour les autres, ils y viennent petit à petit et j'ai donc les retours, en tant que maître d’œuvre. Je relaie donc les retours d'une trentaine d'artisans et entreprises (même si cette échantillon n'est peut-être pas significatif).
Globalement, les professionnels sont déçus par la formation délivrée. Elle ne permet absolument pas de répondre aux objectifs de conseils en rénovation énergétique. Les points abordés sont des généralités, des évidences que n'importe quel professionnel sérieux peut deviner avec un peu de bon sens. Pour certain, les réponses ont été donné avec les questions mais, je cite, "je n'en avait pas besoin tant les questions étaient simples". Tout cela me fait penser au diagnostique DPE. Il semblerait que le sérieux est d'un niveau équivalent...

Le diagnostique effectué par l'entreprise labellisé RGE :

Les professionnels RGE ne sont pas beaucoup plus habilités aujourd'hui que hier à effectuer un diagnostique thermique sur un bâtiment ancien. Ce n'est pas 3 jours de formation qui suffisent à un plâtrier, électricien ou menuisier pour acquérir les compétences et l'expérience requises.
Chaque entreprise privilégiera évidement sont savoir faire. Je doute qu'un plâtrier qui posent également de l'isolant va conseiller de changer les menuiseries, la chaudière ou la ventilation.
Comme les professionnels ont un devoir de conseil avec le RGE, les plus sérieux préféreront s'abstenir de faire un diagnostique et les autres le feront à leurs avantages.

La garanti des travaux effectués sous le statut RGE :

Les professionnels RGE garantissent les travaux qu'ils effectuent et le diagnostique global. C'est à dire qu'un menuisier, si vous l'appelez devra se déplacer chez vous, effectuer une analyse complète de votre habitat et rédiger un rapport avec constat et préconisation (avec l'appui d'un logiciel). Ensuite, dans la liste des travaux préconiser par le menuisier, vous serez libre de choisir ce que vous voulez, par exemple l'installation d'une pompe à chaleur. Il faudra donc trouver un installateur qui garantira la PAC...
Le menuisier sera remercié et devra garantir sa préconisation sans avoir touché un sou ! Si vous aviez choisi de changer les menuiseries, il aurait au moins été payé mais, je ne suis pas sur qu'il vous aurait préconisé l'installation d'une vmc (souvent obligatoire quand on change les menuiseries dans l'ancien).
Pour obtenir les aides de l'état, c'est l'installateur qui devra remplir les papiers administratifs, un travail long et laborieux encore non rémunéré...

En conclusion, le label RGE est comme souvent, une bonne idée de départ mais, pourquoi confier le diagnostique à des professionnels du bâtiment spécialisés dans un tout autre domaine !? Pourquoi ne pas confier l'étude thermique a des thermiciens !? ou l'analyse de la maison à des maîtres d’œuvres qui ont une vision globale du bâtiment. Pourquoi la formation, le diagnostique et la rédaction administrative pour obtenir les aides sont à la charge de l'entreprise ? Cette dernière va évidemment répercuter ces charges sur l'ensemble de ses clients.

Le label RGE est malheureusement mal pensé mais, par contre, bien vendu par les organismes de l’état. C'est pour toutes ces raisons que le RGE est pour moi une vaste supercherie organisée par nos politiques et avec la complicité de l'ADEME.
Ceux qui se frottent les mains sont les organismes formateurs et les grosses entreprises. Ces dernières ont les moyens de payer quelqu'un a plein temps pour faire des diagnostiques bidons et remplir les documents donnant droit aux aides. Les artisans ne peuvent pas répondre a cette demande et seront donc, écartés de la rénovation énergétique alors que se sont certainement les plus qualifiés, dans leur domaine.

Nous verrons dans 1 ou 2 ans les résultats pour l’environnement, les artisans et l'écoconstruction ? C'est tout à fait navrant de constater encore une fois, la mise en place d'un système extrêmement couteux et tout à fait inefficace alors que les solutions existent. Les groupes de pressions ont, semble t-il, encore bien fait leur travail...




Le solaire photovoltaique rentable

Les rendements des panneaux solaires photovoltaïque n'est pas au rendez-vous, le retour sur investissement est inexistant, les arnaques ...

Articles les + consultés